La Clinique… pour une nouvelle philosophie du lit !

« Ah, c’qu’on est bien, quand on est dans son… lit ». Voici une jolie petite ritournelle que j’adapte à ma façon au moment où me vient l’image de ma literie garnie ! J’aime ce moment précieux où, après une longue journée remplie de mille activités, debout, assise, statique, en course…, je soulève ma couette et me glisse sous les draps avec un soupir de soulagement, poussant dans un râle d’extase un : « Aaaah, enfin dans mon lit bien-aimé ! ».

Le corps s’abandonne, épousant les formes du matelas ; les cheveux s’étalent sur l’oreiller moelleux ; tous les muscles s’affaissent, soulagés de ne plus être en tension ; l’esprit se relâche, sachant son office terminé. C’est le pied ! Presque aussi bon qu’un massage à l’huile ou une gourmandise sexuelle…

Lire la suite

Tai chi : à la poursuite du maître perdu !

silhouette tai chiLe Tai chi est pour moi une vieille histoire, à l’échelle de ma petite vie humaine : 25 ans que j’ai découvert cet art martial interne, un beau jour de septembre 1993, à Issy-les-Moulineaux, proposé comme activité physique parmi d’autres disciplines comme la gymnastique ou la course par mon école de communication RSCG Campus (ils étaient très avant-gardistes pour l’époque, les pratiques orientales n’avaient pas encore envahies nos salles et nos parcs…). Mon premier enseignant avait un joli minois et portait le nom prédestiné de « Le laqué » Lire la suite

Tchi clown… l’impro de soi !

Dans la série « J’expérimente et je teste mes limites », me voici partie pratiquer le Tchi clown, un week-end entier à la périphérie de Lyon. Quelle est cette bête bizarre ? Et bien simplemtchi clownent une méthode originale inventée par Edmond Morsili, acteur-clown-metteur-en-scène-adepte d’arts martiaux ! Le nom parle de lui-même : c’est un mélange entre le Tai chi chuan (art martial interne chinois) et le clown. Par clown, il faut entendre l’improvisation ludique, avec un nez rouge au milieu de la figure…. La chose paraît étrange au premier abord, et se révèle bien plus profonde à la pratique.

Lire la suite

Faire du théâtre… ou l’art de changer de costume !

sarah-bernhardt-grangerQui n’a jamais rêvé d’être une star, émouvante et talentueuse, brillant sous les feux de la rampe ? Hé bien moi oui ! Un fantasme de petite fille trop sage ayant grandi dans une petite ville de Province sans envergure, entourée de gens dénués de projets et déjà ternes avant même d’avoir vécu… Une envie diffuse, qui resurgissait de loin en loin, après avoir vu une représentation théâtrale m’ayant transportée ou découvert des comédiens hallucinants comme Philippe Caubert, capable de jouer une dizaine de personnages à lui tout seul sur une scène dépouillée, débitant un texte fleuve pendant trois heures de spectacle et finissant nu comme un ver en hurlant face à une salle conquise !

Lire la suite

La méditation Vipassana

Se transformer en profondeur : un accouchement presque sans douleur !

Mais qu’est-ce que je suis venue faire dans cette galbouddhaère ! Dix jours de méditation dans un centre perdu au fin fond de la Bourgogne, sans dire un mot, un seul, à ses voisines (les garçons et les filles sont séparés dès l’arrivée au centre…) ; levée au son du gong à 4 heures du matin, couchée à 21 heures dans un box de 4 m2 fermé par un simple rideau, et entre les deux, 10 heures d’assise silencieuse, les yeux fermés, le dos droit, tous les muscles et ligaments criant à l’infamie… En guise de nourriture terrestre, un petit-déjeuner à 6h30, un déjeuner à 11h30, puis terminé, hormis un fruit et un bol d’eau chaude citronnée en guise de goûter. Une vie de nonne, comme on nous le précisera un peu plus tard…

Lire la suite