Roman « La femme enfant » : chapitre 5

Résumé du chapitre 4 :
Le patron de l’agence de communication dans laquelle travaille Julia a annoncé son projet de rapprochement avec un grand groupe de publicité. Le midi au déjeuner, les discussions vont bon train entre collègues, parmi lesquels Paul et Nell, les deux personnes qui ont permis à Julia de faire ses premières armes dans le métier. Métier auquel elle n’était pas spécialement prédestinée.

Chapitre 5 :
Ce soir, Julia sort faire la fête avec son amie Fela. Enfin un peu de légèreté et des discussions de filles en perspective dans un pub bondé ! L’occasion d’échanger sur les relations de couple de chacune et les questionnements qu’elles suscitent…

Roman « La femme enfant » : chapitre 4

Résumé du chapitre 3 :
Week-end cocon sous le ciel gris de Paris. L’occasion de replonger dans les souvenirs : comment était ma mère quand elle m’attendait ? Et plus tard, petite fille ? Le dimanche, je remise au placard mon cafard pour pédaler avec joie dans la campagne auversoise, source d’inspiration des peintres impressionnistes.

Chapitre 4 :
Lundi, retour au boulot. Le patron a sa tête des mauvais jours, ça ne présage rien de bon… La nouvelle ne tarde pas à tomber : l’agence envisage de fusionner avec un grand groupe de pub, supposément pour gagner en compétitivité. Avec peut-être quelques « petites » restructurations au passage…

Femme_enfant_4

Roman « La femme enfant » : chapitre 3

Résumé du chapitre 2 :
Julia a passé une journée survoltée à son agence de pub, confrontée aux exigences de ses clients et au machisme du consultant avec lequel elle travaille en binôme. À peine rentrée à la maison, Philippe lui rappelle que des amis à eux viennent dîner ce soir… Non contents de gâcher sa soirée de repos, ils leur annoncent qu’ils vont avoir un bébé…

Chapitre 3 :
Enfin le week-end, havre de paix. Marché du samedi matin, cuisine en duo, sortie piscine et galipettes dans les cabines… Tout semble commencer sous de bons augures.

Article femme enfant

Roman « La femme enfant » : chapitre 2

Résumé du chapitre 1 :
Julia vient d’apprendre qu’elle est enceinte. Le verdict tombé sans préavis la laisse sans voix : ce n’était pas prévu au programme ! Le soir en rentrant à la maison, impossible d’annoncer la nouvelle à Philippe, le compagnon avec qui elle partage sa vie depuis cinq ans.

Chapitre 2 :
La journée du lendemain s’annonce chargée à l’agence de pub dans laquelle travaille Julia. Sur le trajet qui la mène à son travail, elle rumine de noires pensées : avoir un enfant à Paris, c’est juste l’enfer !

Article femme enfant

Récit romancé d’une tranche de vie

J’ai entrepris il y a 20 ans l’écriture d’un premier livre fortement autobiographique (comme tous les premiers livres !), à l’occasion d’une période de chômage. La plus belle époque de ma vie !

À mi-temps sur un projet de CD-Rom sur les produits psychoactifs à destination des ados, et l’autre mi-temps à la maison à écrire mon livre ☺️.

À l’époque, je me questionnais beaucoup sur le fait d’avoir (ou pas) un enfant, sur mon travail, sur mon lieu de vie, sur le sens de l’existence… J’avais 30 ans et c’était ma première crise existentielle, avant celle des 40 ans qui a motivé ce blog ! Depuis aussi, j’ai eu vraiment un enfant !

Lire la suite

Changer soi-même pour changer le monde

Ma vie s’inscrit dans deux sphères : mon petit monde intérieur et le grand monde extérieur, les deux étant étroitement liés (voire même, les deux étant les deux facettes d’une même réalité…). Si mes avancées et progrès personnels impactent le Tout, j’ai donc doublement intérêt à être le plus en harmonie possible. Un beau programme, mais sacrément ambitieux…

Je suis en bad mood ? Tout mon environnement s’assombrit, devient gris, morose. Rien ne va plus, ni le travail, ni les amis, ni le chéri. Je suis en prise avec cette pelote de pensées négatives et mes émotions délétères : colère, rancœur, tristesse, frustration… Je vais bien ? Le ciel s’illumine à nouveau : la nature est belle, je me réjouis du chant des martinets qui sifflent devant ma fenêtre en faisant des loopings vertigineux, je passe des moments joyeux avec mes proches.

Lire la suite

Comment (ou pourquoi) mourir à soi-même ?

J’ai passé une bonne partie de ma vie à apprendre à être « conforme » : à ce que doit être un gentil bébé, une petite fille bien élevée et douée, une étudiante volontaire, une compagne séduisante et drôle, une consultante avisée et sérieuse, une maman tendre et attentionnée… Tous ces personnages sont bien moi ; en tous cas, ils sont attachés à mon corps et à ma vie comme une seconde peau.

Lire la suite

Écouter ses amis, donner de son temps

Avoir des amis, entretenir des relations, ce n’est pas qu’une histoire sociale.
C’est avant tout un engagement de soi avec les autres : celui d’être présente, pour un tout petit rien ou pour un gros chagrin, être à l’écoute, ne rien exiger, donner… En un mot, aimer.

J’ai eu beaucoup de copains, fait pas mal de fêtes, de sorties diurnes et nocturnes, organisé de grands rassemblements avec mes amis et ma famille. Je ressentais une forme de satisfaction à vivre des moments intenses, vivants, mouvementés, variés. Puis petit à petit, j’ai modifié certaines choses dans ma vie, réduisant la voilure sur mes différentes activités sociales, me consacrant à des pratiques plus intériorisées… J’ai ralenti mon débit de paroles et je me suis mise à plus écouter : moi-même, par la pratique de la méditation notamment, et les autres aussi.

Lire la suite

Prendre un amant… sans peurs et sans reproches ?

Dans le package de ma crise des 40 ans, j’ai ajouté au « spectacle » une relation passionnelle et illégitime. Cerise sur le gâteau ou prémisse d’une révolution en marche ?

Black and whiteMa crise du milieu de vie… Légère en apparence, mais alimentée par des ressorts intérieurs dont la profondeur m’échappait complètement : galvanisée par ma quarantaine fleurie, ouverte aux fantaisies les plus diverses, j’ai jeté mon dévolu sur un collègue de travail récemment intégré qui m’avait « tapé dans l’œil » dès son arrivée. Un élan primaire m’attirait vers lui, généré en apparence par un physique séduisant, un petit côté mystérieux et une personnalité à l’opposé de la mienne et de celles des gens de mon entourage habituel… Lire la suite

Monter un cabaret au boulot : une aventure hors cadre

Mme LoyaleLe grand boum des 40 ans… Le besoin impérieux de sortir du cadre, oser, créer, vibrer… Tout était possible, le feu qui m’animait, après avoir longtemps couvé sous ma croûte terrestre, explosait de toutes parts et me galvanisait. Une idée émergea de ma tête telle une évidence, tout droit sortie de ma boîte à vieux fantasmes jamais assouvis : je voulais faire du cabaret ! Comme Lisa Minelli, sur une petite scène devant des gens attablés buvant du champagne, au milieu de personnages atypiques et truculents, burlesques et touchants. Lire la suite